Extraits de sites "anti-vaccination"


According to the Centers for Disease Control, 36,000 Americans die (on average) from the seasonal flu each year. Between 5 and 20 percent of the American population comes down with the flu each year.

American population : 318 000 000

5 % American population : 15 900 000

20 % American population : 63 600 000

Average : 12,5 % : 39 750 000



It comes directly from the desk of Canada's chief public health officer. "The flu is serious," he tells us from his website. "Every year, between 2,000 and 8,000 Canadians die of the flu and its complications."


the odds of dying from influenza in a year (1 in 345,100)



1 in 5000 (flu) 0,0002


Between 1987 and 2000, the case fatality rate across the United States was 3 measles-attributable deaths per 1000 cases, or 0.3%.


There is a wide spectrum of vaccine complications, which have been identified and acknowledged in the medical literature and by the Institute of Medicine (IOM), National Academy of Sciences, including: [14] [15] [16] [17] [18] 


As I have long stated, and the Institute of Medicine (IOM) now admits:
"Vaccines are not free from side effects, or "adverse effects""
This admission came after a review of more than 1,000 vaccine studies, which was intended to assess the scientific evidence in the medical literature about  specific adverse events associated with eight vaccines for measles, mumps, rubella (MMR); varicella (chickenpox); influenza; hepatitis A; hepatitis B; HPV; diphtheria, tetanus, acellular pertussis (DtaP); and meningococcal. The adverse events selected for IOM review were ones for which people had submitted vaccine injury claims to the federal Vaccine Injury Compensation Program (VICP). A convincing causal relationship was found for 14 adverse events and certain vaccines.

14 Dangerous Side Effects Linked to Vaccination, IOM Report Says
In the first comprehensive safety review in nearly two decades, the Institute of Medicine found convincing scientic evidence for a causal relationship between certain vaccines and serious adverse health outcomes. This includes:
Chickenpox Vaccine
Measles-Mumps-Rubella (MMR) Vaccine
Other findings revealed:


Principaux alliés : les globules blancs, et parmi eux les polynucléaires neutrophiles et les macrophages - véritables cellules tueuses qui sont chargées de détruire les microbes -, les lymphocytes T qui activent les cellules tueuses. Enfin, les lymphocytes B qui produisent des anticorps ou immunoglobulines dont on distingue 3 classes : Ig A, Ig G, et Ig M. Un déficit de ces immunoglobulines correspond à un symptôme précis : si votre bébé souffre d'un manque d'Ig A, il sera plus volontiers sujet à des diarrhées. Un manque d'Ig G va le prédisposer aux infections respiratoires et ORL.


Le nombre de lymphocytes B et T circulants par microlitre de sang est 3 à 4 fois supérieur

chez le nouveau-né comparativement à l’adulte.


Government agencies exist in both Canada and the US for the recording of adverse reaction to vaccines. In a summary of the reports from the US agency VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) from 1991-2001, 11.4 adverse events per 100,000 were reported, the most common event being fever. Of the total number reported, 14.2% were described as serious adverse events (including death, life-threatening illness, hospitalization, permanent disability). This means that about 1.6 out of 100,000 doses were reported as serious. The main challenge with any results from either agency is that reports are dependant on civilians reporting incidences. As a result, the numbers could be both under and over estimated due to people not recognizing/reporting or falsely recognizing adverse reactions.

On the other hand, VRAN presents graphs on their website that indicate the decline of these diseases before vaccination was introduced, compiled by Dr. Raymond Obosawin. The graphs represent a severe downward trend in death due to childhood disease in England and Wales dating to the early 1900s, long before vaccines were introduced (source of data was not given), inferring that vaccinations did not actually decrease disease incidence. Improved sanitation, food storage and health services are instead attributed to the decrease in death due to disease. These graphs can be misleading, as they only show data from one country, and only for a few diseases. On the other hand, international data available from the World Health Organization showed data no older than 1980, when vaccination strategies had been established for some time.

Regardless if vaccine contribution to disease was overstated in the past, it was shown in the whooping cough studies (other examples exist as well) that unvaccinated individuals now are considerably more susceptible to possibly acute disease; therefore vaccination does provide some degree of protection in present day.

A considerable issue in anti/pro vaccine debate is lack of clinical research. Anti-vaccine groups tend towards more unscientific and at times sensational representation of information, and the scientific community is almost too cavalier about the issue. Nearly every professor of microbiology I have taken courses with disregards any arguments of anti-vaccine groups, which is not surprising; even as an undergraduate I find the concept difficult to accept.

I do not believe that vaccinations are completely ineffectual and useless in the present world. If I was travelling to a third world country, I would update my immunizations; if there was a West Nile Virus vaccine I would want to be vaccinated; I think a nation-wide HPV vaccine campaign is an excellent idea. Whether or not the present strategy of infant immunization should continue is what I feel should be strongly debated and further researched. Members of anti-vaccine groups do not have anything to gain in questioning the efficiency of vaccines; in some situations they have already lost from not questioning it.


The postnatal period represents a malleable phase in which the long-term behavior and physiology of the developing organism, including its immune responses, can be influenced. Postnatal challenge of the immune system by introduction of live replicating infections, or administration of bacterial and viral mimetics, can result in a multidomain alteration to the defenses of the adult host. Findings from our laboratory and others’ indicate that the postnatal administration of lipopolysaccharide (LPS) or polyinosinic:polycytidylic acid (PolyI:C), which mimic bacterial and viral infections respectively,
can influence the neuroimmune response (generation of fever and production of cytokines) to a second challenge to
the immune system in adulthood. This long-lasting alteration in the innate immune response is associated with myriad
other effects on the animal’s physiology and appears to be primarily mediated by a sensitized hypothalamic-pituitaryadrenal
axis. Thus, a transient immunological perturbation to a developing animal may program the organism for subsequent
health complications as an adult. In this review we discuss some of the potential mechanisms for these phenomena.

The most exciting finding of the present study is that a mild inflammatory response evoked by LPS during a critical period of development causes a long-lasting increase in hippocampal excitability in vitro, and enhanced seizure susceptibility to the convulsants LI-PILO, KA, and PTZ in vivo. The latter effect was observed over a range of mildly inflammatory doses of LPS and was only evident if administered during the second postnatal week (P7 and P14), and not before (P1) or after (P20) this time. Importantly, inactivation of the proinflammatory cytokine TNF with an intracerebroventricular TNF antibody blocked the long-term changes to seizure susceptibility induced by LPS, whereas intracerebroventricular administration of rrTNF alone mimicked the effect of LPS on seizure susceptibility. These novel results indicate that a single transient inflammatory episode during development can modify the brain through a TNF-dependant mechanism, making it more susceptible to generate seizures in adulthood.


comparison of vaccinated verses unvaccinated

Unfortunately, there are not very many studies in today’s literature that compare the health of vaccinated and unvaccinated children. However, the few do indicate that unvaccinated children suffer far less in today's "normal" diseases such as eczema, asthma, ADHD, etc., as vaccinated children. Within the existing studies one must also consider that parents, who do not vaccinate their children, often use alternative therapies such as homeopathy.

British Cohort Study

(McKeever et al.: Vaccination and Allergic Disease: A Birth Cohort Study“, June 2004, Vol 94, No. 6, American Journal of Public Health)

There were a total of over 30,000 children with DPPT (diphtheria, polio, pertussis whom were vaccinated against whooping cough, tetanus), compared with non-vaccinated children, the MMR (measles, mumps, rubella were vaccinated), which were non-vaccinated. Results: Increased risk of allergy towards vaccination A child which has been vaccinated against DPPT averages per life year, a risk of 5.04% of allergic asthma. In contrast to a child which has not been vaccinated against DPPT only has a 0.36% risk of asthma.

Salzburger Study


of 1004 unvaccinated children, had

Asthma, 0% (8-12% in the normal population) 12

A-topic dermatitis 1.2% (10-20% in the normal population) 18

Allergies 3% (25% in the normal population) 21

ADHD 0.79% (5-10%) in children 9

detailed results see below:

Longterm Study in Guinea-Bissau (1 Kristensen I, Aaby P, Jensen H.:“Routine vaccinations and child survival: follow up study in Guinea-Bissau, West Africa”, BMJ 2000; 321: 1435–41

The children of 15,000 mothers were observed from 1990 to 1996 for 5 years.

Result: the death rate in vaccinated children against diphtheria, tetanus and whooping cough is twice as high as the unvaccinated children (10.5% versus 4.7%).

New Zealand Survey (1992) (http://www.ias.org.nz)

The study involved 254 children. In which 133 children were vaccinated and 121 remained unvaccinated.








20 (15%)

4 (3%)

Eczema or allergic rashes

43 (32%)

16 (13%)

Chronic otitis

26 (20%)

8 (7%)

Recurrent tonsillitis

11 (8%)

3 (2%)

Shortness of breath and sudden infant death syndrome

9 (7%)

2 (2%)


10 (8%)

1 (1%)











Download and read5 the IAS1992study now.


The following is taken in part from Public Testimony of Dr. Heather Rice at the Vermont Department of Health hearing on Act 157, 10/19/2012:

No study of health outcomes of vaccinated people versus unvaccinated has ever been conducted in the U.S. by CDC or any other agency in the 50 years or more of an accelerating schedule of vaccinations.

However, a German study published in 2011 compared the health outcomes of 94 unvaccinated children versus 13,359 vaccinated children (Dtsch Arztebl Int. 2011 February; 108(7): 99–104.”Vaccination Status and Health in Children and Adolescents; Findings of the German Health Interview and Examination Survey for Children and Adolescents (KiGGS).” (pdf of articlepdf of replies). Because the number of unvaccinated children included in the analysis is so small, statistical evaluation is nearly impossible. However, the study did show that unvaccinated human children in two of the three age groups under investigation showed fewer infections and atopic disorders than those who were vaccinated, and none of the unvaccinated children younger than 10 had developed asthma.

This study was based on data collected during the German Health Interview and Examination Survey for Children and Adolescents (KiGGS) and was conducted from May 2003 to May 2006 by the Robert Koch Institute. The objective of the interview and examination survey was to collect representative data on the health status of children and adolescents aged up to 17 years. In total, 17 641 children and adolescents (8656 girls, 8985 boys) and their parents participated in the study but only 13,453 (76%) were included in the presented, published analysis.

Additionally, there is an ongoing survey in Germany with currently 12,583 participants and the results of this survey show that unvaccinated children are far less affected by common diseases than vaccinated children.The results are presented in the bar chart below and complete data and study results are linked here. The data is compared to the national German KIGGS health study of the children in the general population. Most of the respondents to the survey were from the U.S.A.  The data was collected from parents with vaccine-free children via an internet questionnaire by vaccineinjury.info and Andreas Bachmair, a German classical homeopathic practitioner. The independent study is self-funded and is not sponsored by a large “credible” non-profit or government health organization with political and financial conflicts of interest; hence Bachmair relies on Google ads and donations for revenue. Each one of the studied cases are actual cases with medical documentation. Three other studies had similar results according to Bachmair and are reported below.

Salzburger Study

Results: of 1004 unvaccinated children, had

Asthma, 0% (8-12% in the normal population)

A-topic dermatitis 1.2% (10-20% in the normal population)

Allergies 3% (25% in the normal population)

ADHD 0.79% (5-10%) in children

Longterm Study in Guinea-Bissau (1 Kristensen I, Aaby P, Jensen H.:“Routine vaccinations and child survival: follow up study in Guinea-Bissau, West Africa”, BMJ 2000; 321: 1435–41)

The children of 15,000 mothers were observed from 1990 to 1996 for 5 years.

Result: the death rate in vaccinated children against diphtheria, tetanus and whooping cough is twice as high as the unvaccinated children (10.5% versus 4.7%).

New Zealand Survey (1992) (http://www.ias.org.nz)

The study involved 254 children. In which 133 children were vaccinated and 121 remained unvaccinated.







20 (15%)

4 (3%)

Eczema or allergic rashes

43 (32%)

16 (13%)

Chronic otitis

26 (20%)

8 (7%)

Recurrent tonsillitis

11 (8%)

3 (2%)

Shortness of breath and sudden infant death syndrome

9 (7%)

2 (2%)


10 (8%)

1 (1%)

The great thimerosal cover-up: Mercury, vaccines, autism and your child's health


Unfortunately, there are not very many studies in today’s literature that compare the health of vaccinated and unvaccinated children. However, the few do indicate that unvaccinated children suffer FAR less in today's "normal" diseases such as eczema, asthma, ADHD, etc., as vaccinated children. Within the existing studies one must also consider that parents, who do not vaccinate their children, often use alternative therapies such as homeopathy. British Cohort Study (McKeever et al.: Vaccination and Allergic Disease: A Birth Cohort Study“, June 2004, Vol 94, No. 6, American Journal of Public Health) There were a total of over 30,000 children with DPPT (diphtheria, polio, pertussis whom were vaccinated against whooping cough, tetanus), compared with non-vaccinated children, the MMR (measles, mumps, rubella were vaccinated), which were non-vaccinated. Results: Increased risk of allergy towards vaccination A child which has been vaccinated against DPPT averages per life year, a risk of 5.04% of allergic asthma. In contrast to a child which has not been vaccinated against DPPT only has a 0.36% risk of asthma.




Prévalence de l'autisme

1991 ( l’époque où les vaccins pour enfants ont doublé)

1 enfant sur 2.500

En 2000 et 2002,

1 enfant sur 150


1 enfant sur 125


1 sur 110,


un enfant sur 88 (double d'à l'époque où les vaccins ont été doublés...)

Vaccins et autisme : Le secret que vous n'êtes pas censé savoir

Le pourcentage de nos enfants atteints d'autisme a augmenté avec le nombre de vaccins qui leurs sont administrés. Aujourd'hui, dans certaines régions de Zunie, plus de 30 vaccins sont injectés aux jeunes enfants avant trois ans.

Or, pour l'establishment pharmaceutique, aucun lien ne doit jamais être admis entre vaccins et autisme. Des centaines de milliards de dollars de profits sont en jeu, et reconnaître que les vaccins provoquent l'autisme aurait des implications juridiques absolument hallucinantes.

      Jamais, jamais, jamais, jamais, les grandes compagnies pharmaceutiques ne reconnaîtront ce lien. Et puisque ces entreprises dépensent aussi des milliards de dollars en publicité dans les médias grand public, ceux-ci non plus ne reconnaîtront jamais ce lien.

      C’est entièrement une question d'argent.

Ceci provient d’un article récent de CNN :

      En 2000 et 2002, l'autisme était estimé toucher environ 1 enfant sur 150. Deux ans plus tard, à 8 ans, 1 enfant sur 125 était autiste. En 2006, ce rapport était de 1 sur 110, et les toutes dernières données – de 2008 – suggèrent qu’un enfant sur 88 est autiste.

Eh bien, c'est à cause de ce qu'ils voient dans la vie réelle. Ce qui suit provient d'un article récent du Huffington Post :

   À l'âge de six mois, la plupart des enfants zuniens ont reçu environ 18 inoculations contenant 24 vaccins contre neuf maladies. Au cours des deux années suivantes, ils recevront encore neuf piqûres contenant 14 vaccins contre 12 maladies.

      Ainsi, quand un enfant régresse à six mois, ou à 18 mois, cette tragédie arrive en période de vaccination intensive. Dans de nombreux cas, des parents signalent que leur enfant a eu une réaction anormale après avoir été vacciné (convulsions, poussées de fièvres, diarrhées, léthargie, cris aigus et/ou d'autres symptômes).

 Si votre enfant cessait de parler dans les jours (voire les heures) suivant un vaccin, comment vous sentiriez-vous ?

      Des grandes compagnies pharmaceutiques financent de nombreuses études pour essayer de montrer l’absence de lien entre vaccins et autisme, mais de nombreuses études indépendantes contredisent leurs conclusions. Ce qui suit est tiré d’un article de Paul Joseph Watson :

      L’épidémiologiste Tom Verstraeten et le Dr Richard Johnston, immunologiste et pédiatre à l'université du Colorado, ont tous deux conclu que le thimérosal est responsable de la poussée dramatique des cas d'autisme, mais leurs conclusions ont été rejetées par le CDC.

      En Zunie, les cas d'autisme ont maintenant bondi de plus de 2700 pour cent depuis 1991, qui est l’époque où les vaccins pour enfants ont doublé, et le nombre de vaccinations ne fait qu'augmenter. À peine un enfant sur 2.500 était diagnostiqué autistique avant 1991, alors qu’un enfant sur 91 est à présent atteint par cette maladie, contre un sur 150 il y a six ans.

      Et si tout ce mal provenait du thimérosal ?

      Eh bien, le thimérosal contient du mercure, l'une des substances les plus toxiques connues de l'humanité. Il a été prouvé que le mercure compromet gravement le développement neurologique. Ce qui suit vient directement du site Internet de l’EPA (Agence de protection environnementale) :

      Chez le fœtus, le nourrisson et l’enfant, le principal effet sur la santé du méthylmercure est de nuire au développement neurologique. L'exposition au méthylmercure dans l'utérus, qui peut résulter de la consommation par la mère de poissons et crustacés contenant du méthylmercure, peut affecter le cerveau et le système nerveux en pleine croissance du bébé. Des conséquences sur la pensée cognitive, la mémoire, l’attention, le langage, l’adresse manuelle et l’habileté spatiale visuelle [capacité à focaliser, strabisme ? ndt] ont été observées chez les enfants exposés au méthylmercure dans l'utérus.

      Pourquoi donc grand dieu voudrions-nous inoculer d’énormes doses de mercure à nos jeunes enfants, juste au moment où leur cerveau commence à se développer ?

      C’est littéralement fou de faire un truc pareil !

      Dans le monde entier, beaucoup d'autres pays ont reconnu cela et ont interdit le thimérosal dans les vaccins.

      Ce qui suit provient d'un article de Dawn Prate :

      « En 1977, une étude russe constata que des adultes exposés à l'éthylmercure, la formule mercurielle présente dans le thimérosal, souffraient de dommages cérébraux quelques années plus tard. Les études sur l'intoxication au thimérosal ont aussi décrit une nécrose tubulaire rénale et des lésions du système nerveux, dont la perte de sensibilité, le coma et la mort. La conséquence de ces constatations fut que la Russie interdit le thimérosal dans les vaccins des enfants en 1980. Le Danemark, l'Autriche, le Japon, la Grande-Bretagne et tous les pays scandinaves, ont également interdit cet agent de conservation. »

Voici quelques témoignages sur les vaccins et l'autisme, qui ont été postés par des lecteurs d’Organic Health :

Mon fils a développé de l'autisme à 15 mois, suite à ses vaccinations. Ce n'est guère surprenant puisqu'il avait eu 26 vaccinations à ce moment-là. Son organisme fragile ne pouvait supporter davantage de poison et son parler de 19 mots (régulièrement) lors de son bilan de santé à 15 mois avait régressé à 2 mots (rarement) lors de son bilan de santé à 18 mois. Je crois FERMEMENT que les médecins sont manipulés ou trompés à la faculté de médecine... et ainsi... n’en sortent que pour manipuler ou tromper leurs patients.

Maintenant, expliquez avec vos statistiques combien d'enfants étaient autistes avant les années 80... 1 sur 10.000 !! Récemment, cela a été évalué entre 1 sur 60 et 1 sur 90, en fonction de la source ou de l'État. Il n'existe pas statistiquement de chose comme une épidémie génétique.

According to Tom Verstraeten, an epidemiologist who had analyzed the data on the CDC's database, thimerosal appeared to be responsible for a dramatic increase in autism and other neurological disorders. Verstraeten told those at the meeting that a number of earlier studies indicate a link between thimerosal and speech delays, attention-deficit disorder, hyperactivity and autism.
Verstraeten offered no possible cause for this correlation, but held that the statistical evidence linking vaccines and neurological disorders was strong. Dr. Bill Weil, a consultant for the American Academy of Pediatrics, and Dr. Richard Johnston, an immunologist and pediatrician from the University of Colorado, presented similar concerns to the group. However, given no causal relationship, the CDC and industry representatives were quick to discredit the evidence.
Consequently, the CDC paid the Institute of Medicine (IOM) to conduct another study on thimerosal. According to Robert F. Kennedy Jr., this study was fixed in order to "whitewash" previous findings. In its 2001 report, the IOM's Immunization Safety Review Committee did conclude that the link between thimerosal and neurodevelopmental disorders was biologically plausible, though the evidence neither proved nor negated it. The Committee stated that phasing out thimerosal from vaccines was "a prudent measure in support of the public health goal to reduce mercury exposure of infants and children as much as possible."
However, these findings offered no imperative. The data presented at the 2000 meeting was withheld from publication and the link between thimerosal and autism remained "inconclusive."

Les « tribunaux des vaccins » confirment discrètement que le vaccin ROR cause l’autisme.

Vous n’entendrez rien à ce sujet dans les médias traditionnels, mais, le « tribunal des vaccins » du gouvernement fédéral a une nouvelle fois concédé, quoique très discrètement, que la combinaison de la Rougeole, des Oreillons et de la Rubéole (ROR) en un seul vaccin provoque effectivement l’autisme. 

Après s’être promené d’un tribunal à l’autre, le cas de Ryan a finalement été entendu par les Procédures Omnibus de l’Autisme du tribunal des vaccins, selon le Huffington Post.  Et, à la fin, le gouvernement fédéral a convenu que l’encéphalopathie de Ryan avait été causée par le vaccin combiné Rougeole, Oreillons et Rubéole, une décision historique qui confirme ce que le Dr Andrew Wakefield avait trouvé il y a plus de 15 ans en étudiant les troubles intestinaux chez les enfants ayant reçu le vaccin ROR.

« Ryan a subi une blessure selon la Loi des Vaccins, à savoir, une encéphalite dans les cinq à quinze jours suivant la réception du vaccin combiné contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole, » a admis le Département Américain des Services de Santé et Sociaux en ce qui concerne le cas.  « Cette affaire est appropriée pour une compensation », ajoutaient-ils, en accord total avec la décision du tribunal.

Ces deux cas, combinés avec de nombreuses études publiées aux États-Unis, en Amérique du Sud et en Europe, prouvent que le vaccin combiné contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole n’est pas le vaccin inoffensif que l’industrie médicale conventionnelle prétend qu’il soit.  En fait, tout ce que le Dr Wakefield a constaté à la fin des années 1990 concernant le vaccin combiné Rougeole, Oreillons, Rubéole, des conclusions qui lui ont coûté sa carrière et sa réputation d’ailleurs, se révèlent être une vérité indéniable.

« Il ne peut y avoir que très peu de doutes que les vaccins peuvent causer et causent effectivement l’autisme », a récemment déclaré le Dr Wakefield à son domicile à Austin, au Texas.  « Chez ces enfants, les preuves d’effets indésirables concernant les lésions cérébrales à la suite du vaccin combiné contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole qui progressent ensuite vers un diagnostic d’autisme sont convaincantes.  C’est maintenant une question de décompte corporel.  L’histoire de ses parents était exacte depuis le début.  Les gouvernements doivent cesser de jouer avec les mots tandis que les enfants continuent à être endommagés.  Mon espoir est que la reconnaissance des maladies intestinales chez ces enfants conduira au soulagement de leurs souffrances.  C’est un long, très long retard ».


Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis médecin généraliste depuis 35 ans, et j’ai vacciné pendant 33 ans, sans état d’âme et en toute innocence coupable, oxymore seulement apparent : l’innocent ne sait pas, mais le médecin qui ne sait pas est coupable. Ma seule information a été la faculté (qui glissa joyeusement sur le sujet en 2-3 heures), et surtout la presse médicale et ses valets, les visiteurs médicaux ; jamais le dogme n’a été remis en question.

Nicola Antonucci, MD David Ayoub, MD Nancy Turner Banks, MD Timur Baruti, MD Danny Beard, DC Françoise Berthoud, MD Russell Blaylock, MD Fred Bloem, MD Laura Bridgman, FNP, ND Kelly Brogan, MD Sarah Buckley, MD Rashid Buttar, DO Harold Buttram, MD Lisa Cantrell, RN Lua Català Ferrer, MD Jennifer Craig, PhD, BSN, MA Robert Davidson, MD, PhD Ana de Leo, MD Carlos de Quero Kops, MD Carolyn Dean, MD, ND Mayer Eisenstein, MD, JD, MPH Todd M. Elsner, DC Jorge Esteves, MD Edward « Ted » Fogarty, MD Jack Forbush, DO Milani Gabriele, CRNA, RN Sheila Gibson, MD, BSc Mike Godfrey, MBBS Isaac Golden, ND Gary Goldman, PhD Garry Gordon, MD, DO, MD(H) Doug Graham, DC Boyd Haley, PhD Gayl Hamilton, MD Linda Hegstrand, MD, PhD James Howenstine, MD Suzanne Humphries, MD Belén Igual Diaz, MD Philip Incao, MD Joyce Johnson, ND A. Majid Katme, MBBCh, DPM Tedd Koren, DC Alexander Kotok, MD, PhD Eneko Landaburu, MD Luc Lemaire, DC Janet Levatin, MD Thomas Levy, MD, JD Stephen L’Hommedieu, DC Paul Maher, MD, MPH Andrew Maniotis, PhD Steve Marini, PhD, DC Juan Manuel Martínez Méndez, MD Sue McIntosh, MD Richard Moskowitz, MD Sheri Nakken, RN, MA Christiane Northrup, MD Amber Passini, MD Ronald Peters, MD, MPH Jean Pilette, MD Pat Rattigan, ND Zoltan Rona, MD, MSc Chaim Rosenthal, MD Robert Rowen, MD Máximo Sandín, PhD Len Saputo, MD Michael Schachter, MD Viera Scheibner, PhD Penelope Shar, MD Bruce Shelton, MD, MD(H) Debbi Silverman, MD Kenneth « KP » Stoller, MD Terri Su, MD Didier Tarte, MD Leigh Ann Tatnall, RN Adiel Tel-Oren, MD, DC Sherri Tenpenny, DO Renee Tocco, DC Demetra Vagias, MD, ND Franco Verzella, MD Julian Whitaker, MD Ronald Whitmont, MD Betty Wood, MD Eduardo Ángel Yahbes, MD
Les signataires, ci-dessus, représentent une palette de professionnels comprenant des pédiatres, des médecins de famille, des neurochirurgiens, des professeurs de pathologie, de chimie, de biologie et d’immunologie. Tous ont, de façon indépendante, investigué l’ensemble des données scientifiques relatives à ce sujet et en arrivent aux conclusions que vous pourrez lire dans ce document.

• Les vaccins ne procurent pas d’immunité à vie, ce qui signifie que des rappels sont recommandés.
• Chaque injection de rappel accroit le risque d’effets secondaires.
• Les effets secondaires des vaccins peuvent vous rendre malade pour le restant de votre vie. Et, fort opportunément, il existe beaucoup de médicaments pour traiter les effets secondaires provoqués par les vaccins.
Aux Etats-Unis, vous ne pouvez pas poursuivre le fabricant ou votre médecin lorsqu’un accident survient après une vaccination. L’un et l’autre sont protégés par la loi nationale sur les dommages vaccinaux chez l’enfant («National Child Vaccine Injury Act ») de 1986. Cette loi signée et rendue effective par le président Ronald Reagan stipule :
 « Aucun producteur de vaccins ne pourra être rendu responsable, dans une action civile, des dommages ou des décès liés à un vaccin. » (Loi publique 99-660)

Les vaccins sont la clé de voûte du système médical. Sans vaccins, les coûts des soins de santé diminueraient parce qu’au final, nous aurions une société plus saine dans son ensemble. Nous avons échangé la varicelle contre l’autisme, la grippe contre de l’asthme, des infections ORL pour du diabète,… et la liste pourrait encore continuer. En voulant frénétiquement éradiquer des microbes relativement bénins, nous avons troqué des maladies temporaires contre des maladies chroniques à vie, lourdes, insidieuses, des désordres, des dysfonctions, des inaptitudes et autres incapacités.
Certains composants des vaccins : Comment est-il possible que les vaccins ne puissent pas faire de tort à votre santé avec ça ?
• Des virus ou bactéries adventices issues des milieux de culture à partir desquels les vaccins sont fabriqués
• Du mercure, un neurotoxique notoire, qui se trouve toujours dans les flacons multi-doses de vaccin contre la grippe utilisés dans le monde entier. En outre, le mercure se trouve toujours, à l’état de trace, dans plusieurs autres vaccins.
• De l’aluminium, un poison qui cause la dégénérescence des os, de la moelle osseuse et du cerveau.
• Des cellules animales de singes, de reins de chiens, de poulets, de vaches, et d’humains.
• Du formaldéhyde (utilisé pour l’embaumement des morts), un cancérigène notoire.
• Du polysorbate 80, connu pour causer l’infertilité chez la souris femelle et l’atrophie
 testiculaire chez la souris mâle.
• De la gélatine, issue des porcs et des bovins, connue pour causer des réactions
 anaphylactiques et que l’on retrouve en grande quantité dans les vaccins ROR et ceux contre
 la varicelle et le zona.
• Du monosodium glutamate (MSG) dans les vaccins à inhaler contre la grippe, une substance
 connue pour causer des perturbations métaboliques (par ex. diabète), des convulsions et d’autres troubles neurologiques.

  Les conflits d’intérêts
Les mêmes personnes qui font la réglementation et les recommandations en matière vaccinale tirent aussi avantage de la vente des vaccins. Par exemple, le Dr Julie Gerberding, qui a dirigé le CDC pendant 8 années est, à présent, présidente de Merck Vaccins. Le Dr Paul Offit, membre du Comité de Conseil en matière de pratiques vaccinales (ACIP) a développé et fait breveter son propre vaccin. Selon le CDC, pour un groupe moyen d’environ 10 pédiatres, la valeur approximative du stock de vaccins infantiles à écouler et disponibles dans leurs bureaux, avoisine les 100.000 $. Ces médecins s’enrichissent des visites au cours desquelles vos enfants sont vaccinés et aussi des visites de suivi, qui font suite aux effets secondaires de ces vaccins reçus.

Existe-t-il la moindre étude comparant la santé des enfants vaccinés à celle des non vaccinés ?
Une étude financée par Generation Rescue, appelée l’ « étude Cal-Oregon » a questionné les parents d’enfants vaccinés vs. ceux d’enfants non vaccinés. Sur les 17.674 enfants inclus dans cette étude, les résultats ont montré :
• Les enfants vaccinés avaient 120% plus d’asthme.
 • Les garçons vaccinés avaient 317% plus de troubles de déficit d’attention avec hyperactivité (TDAH)
 • Les garçons vaccinés avaient 185% plus de désordres neurologiques
 • Les garçons vaccinés avaient 146% plus d’autisme.


En Amérique du Nord, en Europe et dans le Pacifique Sud, la plupart des déclins de maladies infectieuses susceptibles de mettre la vie en jeu, sont survenus historiquement bien avant la mise en œuvre des vaccinations spécifiques.

Les enfants non vaccinés ont 5 fois moins de risque de souffrir d’asthme que les enfants vaccinés, 2,5 fois moins de risque d’avoir des problèmes de peau et 8 fois moins de risque d’êtres hyperactifs. - See more at: http://www.alternativesante.fr/coupdegueule/les-seuls-hommes-sains-du-futur-seront-ceux-qui-nont-pas-ete-vaccines/#sthash.ByyFhG0l.dpuf


Si tous les médecins connaissaient la composition des vaccins, il est probable qu'ils seraient plus prudents dans leurs recommandations vaccinales...

En effet, les vaccins contiennent principalement des microbes et des virus qui peuvent devenir redoutables lorsqu'ils sont combinés à d'autres virus, inoffensifs par eux-mêmes. Les vaccins contiennent également des adjuvants destinés à conserver ou à désinfecter leur bouillon de culture :

- Le formaldéhyde, ou formol, classé dans la catégorie des cancérigènes probables pour l'homme (groupe 2 A).

- Le mercurothiolate, thimérosal ou thiomersal (1), destiné à limiter le risque de contamination bactérienne, constitué à 49,6 % de mercure. Les toxicologues estiment que sa toxicité est équivalente à celle du méthyl-mercure et le rapport sur le mercure, présenté en 1997 au Congrès américain, met clairement en évidence la toxicité potentielle du thimérosal qui se cumule à celle du mercure alimentaire.

- L'hydroxyde d'aluminium (2), adjuvant qui augmente et prolonge la réponse immunitaire aux antigènes inoculés, est couramment utilisé dans les vaccins. Traversant la peau, l'hydroxyde d'aluminium pénètre les tissus pour s'y fixer, se combiner à la ferritine du sang, en lieu et place du fer, et gagner la circulation générale, éventuellement jusqu'au cerveau. Tout récemment, le Pr Ghérardi, de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, a décrit une pathologie particulièrement invalidante dont la fréquence ne cesse de croître : la myofasciite à macrophages (MFM) et qui se manifeste au point d'injection des vaccins. En outre, l'aluminium paraît être impliqué dans la maladie d'Alzheimer.

- Certains vaccins sont cultivés sur la bile de bœuf ou le sérum fœtal de veau, susceptibles de transmettre l'encéphalite spongiforme bovine.

Détail encore plus inquiétant, le vaccin pourrait aussi contenir une enzyme au pouvoir mutagène, la TdT (Terminal Desoxynucleotidyl Transferase), que l'on trouve dans diverses cellules normales ou pathogènes, capables de modifier les gènes en multipliant ainsi considérablement les maladies génétiques chez les vaccinés et leur descendance. Le potentiel mutagène de cette enzyme a été démontré par des chercheurs américains, notamment dans des essais in vitro lors de la synthèse d'ADN. Ces fragments d'ADN peuvent générer des mutations à moyen ou long terme et générer ainsi des effets cancérigènes.


Beaucoup de médecins et de professionnels de santé ne se font pas vacciner et ne font pas vacciner leurs enfants. 

Pourquoi ? 

1) Ils savant qu’il n’existe pas de preuves que les vaccines soient sûrs et sans danger

2) Ils savent que les vaccins contiennent des substances dangereuses.

3)  Ils savent que les vaccins peuvent provoquer de graves problèmes de santé.

4)  Ils ont soigné des patients qui ont connu de graves problèmes de santé après les vaccinations

Vaccins : lisez Toute l’Histoire : Médecins, Infirmières et Scientifiques pour vous protéger vous et vos enfants 

Nicola Antonucci, MD Todd M. Elsner, DC Alexander Kotok, MD, PhD Máximo Sandín, PhD


David Ayoub, MD

Jorge Esteves, MD

Eneko Landaburu, MD

Len Saputo, MD

Nancy Turner Banks, MD

Edward "Ted" Fogarty, MD

Luc Lemaire, DC

Michael Schachter, MD

Timur Baruti, MD

Jack Forbush, DO

Janet Levatin, MD

Viera Scheibner, PhD

Danny Beard, DC

Milani Gabriele, CRNA, RN

Thomas Levy, MD, JD

Penelope Shar, MD

Françoise Berthoud, MD

Sheila Gibson, MD, BSc

Stephen L'Hommedieu, DC

Bruce Shelton, MD, MD(H)

Russell Blaylock, MD

Mike Godfrey, MBBS

Paul Maher, MD, MPH

Debbi Silverman, MD

Fred Bloem, MD

Isaac Golden, ND

Andrew Maniotis, PhD

Kenneth "KP" Stoller, MD

Laura Bridgman, FNP, ND

Gary Goldman, PhD

Steve Marini, PhD, DC

Terri Su, MD

Kelly Brogan, MD

Garry Gordon, MD, DO, MD(H)

Juan Manuel Martínez Méndez, MD

Didier Tarte, MD

Sarah Buckley, MD

Doug Graham, DC

Sue McIntosh, MD

Leigh Ann Tatnall, RN

Rashid Buttar, DO

Boyd Haley, PhD

Richard Moskowitz, MD

Adiel Tel Oren, MD, DC

Harold Buttram, MD

Gayl Hamilton, MD

Sheri Nakken, RN, MA

Sherri Tenpenny, DO

Lisa Cantrell, RN

Linda Hegstrand, MD, PhD

Christiane Northrup, MD

Renee Tocco, DC

Lua Català Ferrer, MD

James Howenstine, MD

Amber Passini, MD

Demetra Vagias, MD, ND

Jennifer Craig, PhD, BSN, MA

Suzanne Humphries, MD

Ronald Peters, MD, MPH

Franco Verzella, MD

Robert Davidson, MD, PhD

Belén Igual Diaz, MD

Jean Pilette, MD

Julian Whitaker, MD

Ana de Leo, MD

Philip Incao, MD

Pat Rattigan, ND

Ronald Whitmont, MD

Carlos de Quero Kops, MD

Joyce Johnson, ND

Zoltan Rona, MD, MSc

Betty Wood, MD

Carolyn Dean, MD, ND

A. Majid Katme, MBBCh, DPM

Chaim Rosenthal, MD

Eduardo Ángel Yahbes, MD

Mayer Eisenstein, MD, JD, MPH

                      Tedd Koren, DC

                Robert Rowen, MD


L’autisme est associé aux vaccins

Les cas d’autisme étaient rares jusqu’à ce que les programmes de vaccinations soient accélérés en 1991 avec l’introduction du vaccin contre l’hépatite B et le vaccin HiB contre la méningite. Des dizaines de milliers de parents peuvent attester que l’autisme est apparu chez leurs enfants très peu de temps après qu’ils eurent reçu ces vaccins.

Les compagnies pharmaceutiques, d’assurances, comme tout le système médical s’enrichit quand vous tombez malade

Le gagne-pain des médecins dépend en fait d’une foi aveugle dans tous les aspects de la vaccination. Même quand les preuves évidentes des dommages provoqués par les vaccins sont réunies et sont mises sous leurs yeux, ils ne veulent généralement  pas reconnaître le fait que le vaccin en soit la cause. Bien que la science intègre, non corrompue, ainsi que la médecine soutiennent le rejet des vaccins, pareille prise de position de la part d’une médecin équivaudrait au suicide de sa carrière.

Les compagnies pharmaceutiques font des milliards de dollars de bénéfices avec les vaccins.

Les compagnies pharmaceutiques font des dizaines de milliards de dollars avec les médicaments qui sont destinés à traiter les effets secondaires des maladies chroniques provoquées par les vaccins.

Quelques ingrédients des vaccins : comment serait-il possible que les vaccins ne soient pas dommageables pour la santé ?

Virus et bactéries inopinées provenant de cultures de cellules animales au moyen desquelles sont fabriqués les vaccins.

Le mercure neurotoxique.

L’aluminium, un poison susceptible de provoquer la dégénérescence des os, de la moelle et du cerveau.

Des cellules animales de singes, de reins de chiens, des cellules de poulets, de vaches et d’humains.

Le Formaldéhyde (liquide servant à embaumer les corps) , un cancérogène connu.

Le Polysorbate 80, connu pour provoquer la stérilité chez les souris femelles et l’atrophie testiculaire chez les males.

La gélatine provenant de porcs ou de vaches susceptible de provoquer des réactions anaphylactiques se retrouve dans les vaccins ROR, les vaccins contre la varicelle et contre le zona.

Le Monosodium glutamate (MSG) dans les vaccins à inhaler contre la grippe est accusé de provoquer des troubles métaboliques, des crises épileptiques et autres troubles neurologiques.

Les conflits d’intérêts

Ce sont les mêmes personnes qui établissent les règles et recommandations au sujet des vaccinations et qui profitent de leurs ventes…

Existe-t-il une recherche qui montre la différence entre les enfants vaccinés et les enfants non vaccinés ?

Le projet Cal Oregon sponsorisé par « Generation Rescue » a organisé une enquête auprès de parents d’enfants vaccinés et d’enfants non vaccinés aux Etats-Unis.

Les résultats de l’enquête réalisée sur 17.674 enfants sont les suivants :

Les enfants vaccinés présentent 120% supplémentaires d’asthme

Les garçons vaccinés présentent 317% supplémentaires de TDAH (Troubles déficitaires de l’Attention/ Hyperactivité).

Les garçons vaccinés présentent 185% supplémentaires de troubles neurologiques.

Les garçons vaccinés présentent 145% supplémentaires de cas d’autisme.

Les filles ne représentent que 20% du nombre total d’enfants ayant participé à l’enquête.

Pour pouvoir lire l’entièreté de l’enquête : www.generationrescue.org/pdf/survey.pdf

Pour pouvoir prendre connaissance d’un rapport sur la faible incidence de l’autisme parmi les enfants Amish non vaccinés : http://www.vaccinationcouncil.org/quick-compare-2

Autres études sur l’autisme :

http://childhealthsafety.wordpress.com/2009/06/03/japvaxautism  et

ici :http://childhealthsafety.wordpress.com/2010/02/08/britvaxautism


Le « Freedom of Information Act » (Acte donnant libre accès à des documents secrets) au Royaume-Uni auquel a eu recours un médecin a permis de révéler le contenu de 30 années de documents officiels secrets montrant que les experts gouvernementaux
  1. savaient que les vaccins ne fonctionnaient pas
    2. savaient que les vaccins pouvaient provoquer les maladies qu’ils étaient sensés prévenir.
    3. savaient que les vaccins présentaient des dangers pour les enfants
    4. se sont entendus pour mentir au public
    5. se sont attelés à empêcher les études de sécurité.

Le 26 octobre 2011, l’éditorialiste du « Denver Post » s’est dit choqué que l’administration Obama, après avoir promis d’être particulièrement transparente, proposait des modifications au Freedom of Information Act , permettant d’entraver la révélation de documents secrets en autorisant les agences gouvernementales (comme le CDC) à déclarer certains documents « inexistants ». [...]

Le CDC a aussi dissimulé un scandale financier concernant la fausse pandémie qui a coûté des milliards de dollars. Il y a pire, le CDC n’a pas hésité à mettre les femmes enceintes en première ligne pour un vaccin non testé qui comprenait un agent stérilisant, le polysorbate 80. Grâce au CDC, le nombre de rapports de morts fœtales a augmenté de 2.440% en 2009 comparativement aux années précédentes ; situation qui est encore plus choquante que les statistiques de fausses couches qui avaient augmenté de 700%. [...]


Un nouvel adjuvant vaccinal cible les nouveau-nés

Dans une manifestation criante d’arrogance, la science médicale a jugé qu’il y avait quelque chose d’intrinsèquement mauvais dans le système immunitaire des nouveau-nés. Etant donné que les nouveau-nés ne réagissent pas naturellement aux envahisseurs en créant des anticorps, ils supposent qu’il s’agit là d’un défaut inhérent, auquel leur science doit apporter un remède. Et maintenant, ils croient avoir trouvé un moyen de modifier le développement naturel du système immunitaire des nouveau-nés au moyen d’un adjuvant appelé le VTX-294.

Un adjuvant vaccinal est une substance qui augmente la réponse du système immunitaire à un antigène. Le système immunitaire d’un enfant fonctionne d’une manière différente de celui d’un adulte. Pour ceux qui font la promotion des vaccins, il s’agit ici d’un défaut. Ils saluent donc la découverte des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Boston [1] qui ont découvert que les globules blancs des nourrissons réagissent fortement à un composé synthétique appelé VTX-294. Il en résulte le déclenchement d’un facteur de nécrose tumorale (TNF) et d’interleukine-1 bêta (IL-1β), qui représentent tous deux de fortes réactions du système immunitaire.

Le but d’un adjuvant est de déclencher une réponse immunitaire. Si le VTX-294 est utilisé dans les vaccins, il jouera le rôle d’adjuvant.

Le problème des vaccins chez les nouveau-nés

Le système immunitaire d’un nouveau-né ne ressemble pas du tout à celui d’un adulte ou même à celui d’un petit enfant. Au lieu de combattre les envahisseurs, il les accueille. La chose est logique parce que le fœtus est un peu comme un « invité » dans le ventre de sa mère. Le fœtus doit être en mesure d’accueillir tout ce qui passe au travers du placenta. Grâce à un processus qui n’est pas encore compris, peu de temps avant et après la naissance, le système immunitaire qui acceptait toutes les substances étrangères, se met maintenant à les rejeter. Il faut environ six mois après la naissance pour que ce processus soit terminé.

C’est la raison pour laquelle, les vaccins ont tendance à ne pas fonctionner chez les nouveau-nés. Cependant, en dépit d’une absence quasi-totale de compréhension du processus de conversion du système immunitaire  (qui accepte puis rejette les substances étrangères), la médecine moderne a décidé que ce n’était pas comme cela que les choses devaient marcher ! Une recherche a donc été lancée pour tenter de contraindre le système immunitaire des nourrissons à développer des anticorps à la vaccination.

Ainsi, la découverte des effets du VTX-294 sur le sang des nouveau-nés (in vitro, donc en laboratoire et non sur un enfant) a été saluée comme une véritable percée. C’en est sûrement une, mais il reste à savoir  si cette découverte permettra des développements positifs.


L’inflammation au cours de la grossesse a été identifiée comme étant un facteur important dans le développement de l’autisme.[2] Le facteur de nécrose tumorale (TNF) et l’interleukine-1 bêta (IL-1β), sont des cytokines, et des taux excessifs de cytokines (tempêtes de cytokines) ont été liés à l’autisme. [3, 4, 5, 6, 7] Comment pourrait-on qualifier autrement que « tempêtes cytokines » la libération artificielle de cytokines TNF et de IL-1β, dans le sang des nouveau-nés ?

Ainsi, cette recherche en vue de trouver un moyen d’activer le système immunitaire du nouveau-né est contraire à la nature et pourrait constituer un des principaux facte

Le VTX-294

Le VTX est une benzazépine, un produit chimique proche des benzodiazépines qui comprennent le Diazépam et le Xanax. [8]… Le benzène est un produit toxique associé au cancer, ainsi qu’à des dommages neurologiques, développementaux et de troubles de la reproduction. [9, 10,11]

Il est difficile d’imaginer que l’on puisse sérieusement envisager d’injecter un produit dérivé du benzène, produit toxique connu, à des nouveau-nés, jusqu’à ce que nous ayons pris conscience que d’autres produits toxiques connus comme le mercure et le formaldéhyde sont déjà injectés avec certains vaccins.

Un orgueil médical démesuré

L’hypothèse de la recherche médicale moderne que, pour chaque bébé qui nait, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, semble bien relever de la pure arrogance.

C’est pourtant bien cela qui se passe avec les tentatives  de contourner la nature fondamentale du système immunitaire du bébé. L’expérience nous montre qu’il n’y aura probablement pas de tests de sécurité du VTX-294.

Il semble que les adjuvants n’aient jamais été testés. Peu importe qu’ils soient ou non toxiques, une fois qu’ils sont ajoutés aux vaccins, ils sont généralement considérés comme étant sans danger.

C’est vrai du squalène dont on a récemment montré qu’il était la cause de la narcolepsie. Il faut aussi mentionner le formaldéhyde (cancérogène), le mercure (neurotoxique), le polysorbate 80 (perturbatreur endocrinien), l’aluminium (neurotoxique et peut-être cancérogène). Tous ces produits sont utilisés d’une manière routinière dans les vaccins en dépit de leur toxicité.


Quand je suis devenu médecin, j’ai accepté tout ce qui m’avait été enseigné. Mais j’ai assez vite commencé à me poser des questions pour lesquelles la médecine conventionnelle n’avait aucune réponse. Je voulais absolument comprendre pourquoi les enfants faisaient de la fièvre, formaient du mucus, des maladies auto-immunes, des maladies chroniques inflammatoires. Comme la médecine classique ne pouvait fournir de réponses à mes questions, j’ai entamé des recherches dans la médecine chinoise, la médecine Ayurvédique, la chiropractie, la naturopathie, l’ostéopathie, la médecine par les plantes, l’homéopathie.

[…] Il m’a fallu 15 ans de pratique pour me rendre compte qu’il y avait du mercure dans certains vaccins, de l’aluminium et autres produits toxiques, que c’était un non sens de vacciner des gens qui ne couraient aucun risque de faire telle ou telle maladie.

Au cours de mes études de médecine on m’avait enseigné que les vaccins étaient efficaces, sans danger et qu’il n’y avait aucune raison de se poser des questions sur les vaccins parce que toutes les études nécessaires avaient été réalisées. J’ai un jour réalisé que la sécurité que je voulais pour les enfants, je ne pouvais l’obtenir, alors même que j’avais fait le serment d’Hippocrate « En tout premier lieu ne pas nuire ».

Mes nombreuses recherches m’ont finalement amené à comprendre que les vaccins n’étaient pas aussi sûrs qu’on le prétendait. Le problème de l’injection de tous ces produits n’avait jamais été étudié à fond dans les différents groupes d’âge – en pédiatrie et chez les adultes.

Nous ne savons pas ce qu’il advient de ces produits une fois injectés. Nous ne savons pas s’ils se logent ou non dans le cerveau, dans le foie, dans les membres ; nous ne savons pas s’ils pénètrent dans telle ou telle cellule pour peut-être y détruire les mitochondries et les nucléi. Tout ce que nous savons, c’est que les vaccins peuvent produire des anticorps et que les maladies semblent disparaître.

Ma plus grande inquiétude est de pouvoir savoir combien de composants vaccinaux sont susceptibles de traverser la barrière hémato-encéphalique. Dans ce pays (USA), un enfant sur six présente des troubles neuro- développementaux. Comme les troubles neurodégénératifs chez les adultes montent en flèche, il nous faut savoir quels composants vaccinaux pénètrent dans le cerveau. Or nous n’en savons rien ; la chose n’a pas été étudiée. Quels sont les composants qui peuvent pénétrer dans le cerveau ? Aucun, aucun ! Nous devons savoir ce qui se passe dans les neurones du cerveau. Nous savons que la barrière hémato-encéphalique est là pour protéger le cerveau des produits qui pourraient circuler dans le sang.

Quantité d’études sont encore absolument nécessaires pour pouvoir évaluer pourquoi il y a aujourd’hui tant de maladies auto-immunes et tant de maladies neurodégénératives.

Nous ne cherchons vraiment pas à savoir si les effets secondaires ne s’avèrent pas être plus graves que la maladie que l’on tente d’éviter. En fait dans de nombreux cas, les effets secondaires des vaccins se sont avérés plus graves que la maladie que l’on tentait de prévenir.

Je ne me suis pas détourné des parents qui, l’un après l’autre – par douzaines, par centaines, puis par milliers me disaient que leur enfant avait toujours été en parfaite santé ; puis ils ont été vaccinés et leur santé a été ébranlée dans les jours, les semaines, les mois qui ont suivi.

Dans 100% des cas, le système médical traditionnel leur a dit que c’était une coïncidence, que les troubles n’avaient rien à voir avec le vaccin.

Récemment, le Dr Offit qui est un des plus grands partisans des vaccins a déclaré que 20.000 études confirmaient l’innocuité des vaccins. Pour l’idéologie qu’il professe et qui le soutient, on peut dire qu’il a raison ; il y a bien 20.000 études qui montrent l’efficacité et l’innocuité des vaccins. Mais pour nous permettre de creuser quelque peu, il nous faut savoir qui a soutenu ces études, quel en était l’objectif, de qui étaient composés les groupes de contrôle ? Quel était le nombre d’enfants et d’adultes qui faisaient partie de ces études ? Je pense que dans la plupart de ces études, la véritable sécurité des vaccins n’a jamais été prouvée.

On n’a jamais officiellement comparé des enfants vaccinés à des enfants non vaccinés. Pour que nous puissions savoir si les enfants qui reçoivent les vaccins font ou non des complications, présentent des effets secondaires, il convient de comparer le groupe d’enfants qui reçoivent le vaccin à un autre groupe qui ne reçoit qu’une solution saline (mais sans le contenu du vaccin). Ces études n’ont jamais été réalisées. La raison invoquée par les officiels pour expliquer que ces études n’ont jamais été réalisées, c’est qu’ils considèrent qu’il ne serait pas éthique de priver les enfants de vaccin pour quelque période que ce soit. La plupart des études sur la sécurité et le suivi des vaccins s’étendent généralement sur une période de une à quatre semaines.


Selon une étude étouffée, les vaccins activent les maladies auto-immunes

Il existe depuis longtemps des rapports d'enquêtes statistiques (épidémiologiques) confirmant les soupçons selon lesquels, sur le long terme, ceux qui sont vaccinés n'ont souvent pas une aussi bonne santé que ceux qui sont exemptés de vaccinations. Les dangers des vaccins sont réels, mais les gens au pouvoir veulent que vous n'en sachiez rien.

Ces études épidémiologiques confirment que la mauvaise santé est plus fréquente chez les sujets vaccinés (qui survivent) que chez ceux qui ne sont pas vaccinés - point ! L'étude a été rapportée fin 2009 dans PLoS ONE, une revue révisée par des pairs, mais n'a pas reçu beaucoup d'attention de la part du public.

L'étude animale japonaise

L'étude a été effectuée en laboratoire à Kobe, au Japon, entièrement à l'école supérieure de l'université de Kobe, dans ses divers départements de santé et de biologie. Il semble que le but n'était pas à l'origine un travail visant à révéler les dangers des vaccins et saper les vaccinations, mais de comprendre comment se développent les maladies auto-immunes.

Des souris, élevées de manière à leur faire éviter de développer des maladies auto-immunes, ont reçu des injections d'antigènes, à la façon des vaccinations, pour aider à déterminer comment un système immunitaire peut se retourner contre lui-même et créer des maladies auto-immunes. Les chercheurs ont forcé le système immunitaire des souris pour voir jusqu'à quand il ne plierait plus sans rompre.

Après sept injections, les souris se sont rétablies avec leur système immunitaire intact. Mais après la huitième injection, des problèmes avec les cellules clés de l'immunité ont été observés. Le système immunitaire des souris a été débordé et elles ont commencé à développer des réactions auto-immunes.

Voici la conclusion de l'étude, citée dans le journal du rapport de l'université de Kobe :
« L'auto-immunité systémique semble être la conséquence inévitable de la surstimulation du système immunitaire de l'hôte par immunisation répétée avec antigène, à une échelle dépassant l'auto-organisation du système de criticité. »

Pourquoi il existe toujours des dangers vaccinaux

De nombreuses vaccinations sont effectuées en série ou groupées. Cela revient au total à plus de 30 vaccins avant l'âge de six ans, avec d'autres à venir, ou l'« immunisation répétée avec antigène », dans les années suivantes.

Tous ces vaccins contiennent des adjuvants et conservateurs nocifs. Les effets secondaires mortels des vaccins contre la grippe H1N1 ont été fait connaître à plusieurs reprises, et le vaccin contre l'hépatite B est tout simplement un crime contre les enfants. Mais selon l'étude sur les animaux de Kobe, le « rajeunissement » des vaccins (en éliminant les additifs toxiques) n'est pas digne d'être recherché. Ce n'est qu'une manière politiquement correcte de contester la vaccination sans offenser le dogme religieux de la création d'une immunité de longue durée par la vaccination.

Les antigènes artificiels injectés à plusieurs reprises suffisent à créer un problème auto-immune. Il n'est pas étonnant que la quantité et la diversité des maladies auto-immunes aient bondi en coïncidence avec l'accentuation du calendrier vaccinal depuis les années 1970 à aujourd'hui. Les dangers des vaccins étant réels, il ne faut pas avoir peur de dire non aux vaccins - c'est votre droit.


A growing number of scientists believe that the increase in America, Europe, Australia and Japan in allergic and auto-immune diseases (which stimulate the humoral or Th2 branch of the immune system) is caused by the lack of stimulation of the cellular or the Th1 branch of the immune system from the lack of acute inflammatory responses and discharges in childhood. 2 3 4 5 We need to identify the factors which cause this shift in the function of the immune system or which cause allergies and auto-immune diseases in childhood to increase!

If we now return to the original question of the mechanism of action of vaccinations, we find what I believe is the key to the puzzle. A vaccination consists of introducing a disease agent or disease antigen into an individual’s body without causing the disease. If the disease agent provoked the whole immune system into action it would cause all the symptoms of the disease! The symptoms of a disease are primarily the symptoms (fever, pain, malaise, loss of function) of the acute inflammatory response to the disease.

So the trick of a vaccination is to stimulate the immune system just enough so that it makes antibodies and "remembers" the disease antigen but not so much that it provokes an acute inflammatory response by the cellular immune system and makes us sick with the disease we’re trying to prevent! Thus a vaccination works by stimulating very much the antibody production (Th2) and by stimulating very little or not at all the digesting and discharging function of the cellular immune system (Th1).

What in reality is prevented is not the disease but the ability of our cellular immune system to manifest, to respond to and to overcome the disease!

There is no system of the human being, from mind to muscles to immune system, which gets stronger through avoiding challenges, but only through overcoming challenges. The wise use of vaccinations would be to use them selectively, and not on a mass scale. In order for vaccinations to be helpful and not harmful, we must know beforehand in each individual to be vaccinated whether the Th1 function or the Th2 function of the immune system predominates.

Vaccinations are usually effective in preventing an individual from manifesting a particular illness, but they do not improve the overall strength or health of the individual nor of the immune system. Instead, vaccinations modify the reactivity of the immune system, decreasing acute discharging inflammatory reactions and increasing the tendency to chronic allergic and auto-immune reactions.

The current use of vaccinations in medicine today is essentially a "shotgun" approach which ignores differences among individuals. In such an approach some individuals may be helped and others may be harmed.

Epidemiologic studies 7 8 9 have shown that as families improve their living conditions, hygiene, nutrition, literacy and education, the risk of life-threatening acute infectious , inflammatory diseases very much decreases. Families with poor living conditions, hygiene, nutrition and literacy would generally be most likely to benefit from vaccinations. Families with good living conditions, hygiene, nutrition and education probably would benefit from vaccinations very little or not at all. Individuals with a tendency to allergic or auto-immune diseases are likely to be harmed by vaccinations.

Vaccinating pigs may prevent them from having illness from one particular strain of virus but will not improve their overall resistance to other illnesses nor even to other strains of the same virus.